Création jeune public 2012

Adapté pour comédiens et marionnettes

Une quatrième fille ! Le roi et la reine ne sont pas contents. Et comble de malheur, quand ses cheveux poussent, ils sont bleus ! Mystère, c'est son nom, vit comme une sauvageonne, mais à l'âge de huit ans, elle est si belle qu'elle fait de l'ombre à ses sœurs. Ses parents décident de la perdre dans le fin fond des bois... Là, elle aura à faire à un loup, un ogre, et une sorcière … Un conte malicieux et drôle qui joue avec les personnages et règles du genre.

Pourquoi vouloir mettre ce texte en scène? 
Réflexions de Roseline Dauban, responsable artistique de la compagnie. Lorsque nous avons découvert « Mystère », nous avons tout de suite eu envie d’en faire quelque chose, nous en avons régulièrement lu des passages à nos propres enfants, aux enfants avec lesquels nous travaillions… 
Notre passage préféré :  "-…  Il y a des champignons qu’on peut manger et qui s’appellent « comestibles ». Il y a des champignons qui donnent la colique et qui font mourir : on les appelle « vénéneux ». Les petites filles c’est la même chose. Celles qui sont blondes, rousses ou brunes, elles sont comestibles. Celles qui sont bleues, comme moi, elles sont vénéneuses.
-Oh, mon Dieu ! Et moi qui allait vous manger… …s’exclama le loup…

Nous aimons l’impertinence du récit, son renversement des contes traditionnels, en particulier le final avec le chevalier qui vient chercher sa princesse et qui est invité à revenir dix ans plus tard : " Vous n’avez pas remarqué que j’étais une petite fille ? " Mais oui, chaque chose en son temps même si c’est le prince charmant !

Le mot de Sophia Johnson, metteur en scène  
« Rejetée par ses parents dès la naissance puis abandonnée en forêt, Mystère doit trouver la force de se construire, de faire abstraction de ses blessures et de faire des choix. Marie-Aude Murail aurait pu nous faire le portrait d’une enfant adulte responsable, mûre avant l’âge qui comprendrait les difficultés auxquelles elle est confrontée, se posant les bonnes questions pour s’en sortir ou appréhender l’avenir. Mais dans cette histoire, Mystère reste une enfant étonnante, résistant à la dure réalité que ses parents lui impose. Son regard ouvert lui permet de proposer d’autres bases de relations bien plus constructives et intéressantes.  

Les thèmes de ce spectacle sont, entre autres, l’absence d’amour familial, l’estime de soi, le rapport à sa propre image, comment nouer des relations amicales, comment se faire respecter, s’imposer ou non par la force,… Ils sont mis en lumière par l’écriture de Marie-Aude Murail et le parcours de la petite Mystère nous pousse à croire au rêve de relations humaines plus vraies.

D'après "Mystère" de Marie-Aude MURAIL (c) Gallimard Jeunesse

dossier pro à télécharger (format zip) cliquez ici 

Livre d'or : " Merci d’avoir prolongé la magie de « Mystère » et longue vie à la compagnie. Marie Aude Murail, festival d’Avignon, 10 juillet 2014.

"J'ai adoré "Mystère". c'est mon spectacle préféré de tout le festival de marionnettes. Bonne continuation !" Lila, 11 ans, Charleville.

"Merci pour le plaisir que vous avez sur scène, il est contagieux. quel beau voyage vous nous avez offert." Jocelyne, Besse sur Issole


Fiche technique : 

Public visé : Tout public à partir de 4 ans

Jauge : 120 maximum au sol et sur petit gradinage

Espace scénique : 7m d’ouverture sur 6 de profondeur, 2,80m de hauteur minimum

Durée : 45 mn. 

Montage : 1 service de 4h – démontage : 2h

Obscurité indispensable. 

Spectacle autonome

équipe de création : 

Sophia Johnson à la mise en scène 

Geneviève Adler : costumes 

Jean Noël Rodriguez : création des musiques et bande son,  construction décors

Roseline Dauban : l’écriture des paroles des chansons, silhouettes d'ombres et mécanisme

Stéphane Bault : création des marionnettes et une partie de la scénographie

Ivan Mathis : création lumière et sihouettes d'arbres, vidéos

Gabriel Louche : régie (lumière, son, vidéo)

Interprètes : J.N.Rodriguez et R.Dauban

La caresse du papillonChut chut, pas si fort !  Les trois brigandsQui a peur du loup ?Dans mon jardin, il y a...